Accueil    |     Tai Chi et la santé    |     Les formes    |     Classes    |     L'Académie    |     Contact    |     Site en anglais    |     Blog




Entraînement



    Contribution aux altiers d'instructeur- un point de veu personnel

Apràs avoir récemment dirigé un certain nombres d'ateliers généraux et d'instructeurs, j'aimerais résumer ce que je crois pourrait être notre focus et objectif dans notre enseignement continu à court terme. Mon souhait est que les instructeurs considèrent cette suggestion pour soutenir et encourager la discussion.

Mon objectif principal dernièrement et de maîtriser l'art de s'asseoir. Être assis implique de se lever debout, ce qui implique de monter et de descendre, un facteur clef qui différencie le Tai Chi de M. Moy des autres styles. Ceci est la critique principale que les autres écoles de Tai Chi ont de notre style. N'est-ce pas drôle (paradoxal) que la critique principale corresponde exactement à ce que nous savons comme étant les bienfaits pour la santé du Tai Chi de M. Moy.

Je ne veux pas donner l'impression que les deux autres différenciateurs du Tai Chi de M. Moy, l'étirement et tourner, n'ont pas la même importance. Mais nous nous étirons d'une certaine manière. À un moment donné, notre attention sera tourné vers "comment" nous nous étirons et "d'ou" nous nous étirons. La démonstration de Mme. Kwan lors de notre célébration en Juin était un excellent exemple dune approche plus avancée.

Prenez note que sans savoir comment vous asseoir, l'enseignement avancé sur les étirements à peu d'espoir d'être compris ou ressenti. Cela vaut également pour tourner. Nous tournons d'une certaine manière, mais l'effet de tourner se réalise vraiment lorsque nous nous assoyons et commençons a laisser descendre la hanche avant lorsque nous tournons.

S'asseoir c'est s'asseoir. Des techniques telles que le pied d'équilibre sont un excellent outil pour s'asseoir, mais soyons clair, ce n'est pas une assise. Une image vaut mille mots, alors voici une assise (la tête est baissée dans la première image car il vérifie sa posture : hanches équilibrées, talon en bas et orteils vers le haut sur le pied avant).



Pour pouvoir faire une assise, vous devez d'abord être stable et détendu. Cela signifie évaluer être debout. Et puis après avoir fait l'assise, rester stable , avancer le pied, faire un pas en saisissant le sol "talon-orteil" en tournant et en s'étirant. (orteil-talon si nous reculons, comme dans Repousser le Singe).

Dans les ateliers que Susan Carson et moi avons dirigés au cours des dernières années (à compter de Vancouver en 2016), nous nous sommes concentrés sur les quatre étapes qui se déroulent entre les mouvements: se lever debout, s'asseoir, faire un pas , se tourner et s'étirer. Chacun est un atelier en soi !!

Pour nous, ces éléments forment la base de toute enseignement continu et nous permets d'évaluer le "niveau" d'un élève. Les quatre étapes constituent la fondation de chaque "correction" que nous apportons (correction au sens d'amélioration et pas de ce qui est bon ou mauvais). Alors, en tant qu'instructeur je commence par regarder si l'élève peut s'asseoir, est ce qu'il se lève vers le haut ou se lance vers l'avant, est ce qu'il pose son pied ou le laisse tomber? Est ce qu'il se tourne en position arriàre ou il se tourne partiellement en tombant vers l'avant ?? Est ce que l'étirement est une pousser partant du corps ou un mouvement "vide" pour atteindre quelque chose en avant ??Voici le menu !! Quelle correction est le plus susceptible d'entrainer une amélioration notable ?? C'est le défi d'enseignement auquel nous sommes confrontés.

Nous n'avons pas nécessairement de plan lorsque nous animons un atelier. Nous faisons une "analyse" d'abord, en observant les élèves devant nous. Alors le sujet de l'atelier devient apparent et nous avons des objectifs spécifiques avec les techniques associées pour nous guider. Les élèves semblent s'intéresser à ce format plus structuré. Ils voient d'eux même sur quoi ils ont besoin de travailler. Leurs commentaires sont ce qui a guidé notre méthodologie.

En résumé, utilisez les mouvements de n'importe quel forme (Tai Chi, Lok Hup, etc) pour développer ces concepts. Dans un même temps, vous pouvez améliorer "l'externe" de la forme. Mais gardez toujours en tête que nous essayons de développer un EXERCICE INTERNE. Ainsi, alors que ces éléments semblent extérieur dans leurs conception, leur impact développe le mouvement interne. La beauté de la conception de M. Moy est que nous ressentons réellement ces mouvements internes à mesure que nous changeons et progressons.


    Pratique personnelle
Il n'y a pas de substitut pour la pratique fréquente. Dans cette pratique, vous devriez avoir un idée de "sur quoi je travaille?". " Qu'est ce que je cherche à améliorer?" Alors que vous pratiquez, vous corrigez vous-même,

Il n'a rien qui bat les toryus et danyus. Pas besoin d'en faire une tonne, essayez juste de bien les faire. Je fais 25 danyus et 12 toryus (de chaque coté) comme exemple.Je ne fais pas que les faire, mais j'essaie différentes choses, en étant consciente ce sur quoi je travaille. Faites quelques serpents et certains de vos exercices préférés, c'est un bon échauffement. Une attention particulière aux coups de pied et au serpents est probablement justifié dans la pratique , des mouvements difficiles à maîtriser.

Enfin, pour les formes, que ce soit du Tai Chi, Lok Hup, etc, concentrez vous sur une position assise correcte. Développer l'assise comme un acquis et votre Tai Chi changera de manière significative. Plusieurs portes s'ouvriront.....